Fermentation : entre science, magie et aventure !

Quelles sont les tendances techniques de demain ? Dans cet article, nous allons explorer les nombreuses possibilités qu'offrent les micro-organismes tels que les champignons et les bactéries pour développer de nouvelles saveurs et textures. La fermentation est une technique de préparation simple et séculaire se trouvant à la frontière entre science, magie et aventure ! Elle fait aujourd'hui l'objet d'un véritable regain d'intérêt. Comment des bactéries et champignons peuvent vous aider dans votre quête de nouvelles sensations culinaires ? Découvrez-le ici !

Fermentation : entre science, magie et aventure !
Des micro-organismes dans la cuisine
Des micro-organismes dans la cuisine

Cela peut paraître repoussant, mais il n'en est rien. Les micro-organismes comme les bactéries et champignons sont omniprésents et ont toujours été utilisés en cuisine. Dès lors, pourquoi ne pas les utiliser pour créer de nouvelles saveurs ? Prenez par exemple le fromage, le café, le vin ou le chocolat. Autant de produits appréciés qui ont tous subi un processus de fermentation ayant contribué à leur saveur unique. La fermentation donne rarement une saveur standard, elle crée parfois de subtiles différences d'arômes rendant le produit unique. 

Le mot anglais « pickling », saumure en français, signifie en fait saler des légumes pour en prolonger la durée de conservation. Le sel tue tous les mauvais micro-organismes responsables de la détérioration du produit. Une variété de « bonnes » bactéries reste active dans cet environnement salé : les ferments lactiques. Ce sont ces derniers qui confèrent une touche aigre au produit fini. Au fil du temps, ils ont été remplacés par du vinaigre. Les techniques de saumurage ont surtout été répandues par des communautés juives de l'est de l'Europe ayant marqué de leur empreinte la plupart des cultures culinaires d'Europe de l'Est.
 

Méthode façon cornichons aigres-doux
Méthode façon cornichons aigres-doux
  1. 1. Dans un bocal, incorporez les légumes lavés puis 6 à 8 % de sel marin par rapport au poids total.
  2. 2. Ajoutez 0,5 % de ferments lactiques lyophilisés.
  3. 3. Les légumes contiennent trop peu d'humidité ? Recouvrez alors les légumes d'eau préalablement portée à ébullition et refroidie mais respectez toujours la proportion de 6-8 % de sel marin par rapport au poids total.
  4. 4. Recouvrez le récipient à l'aide d'un tissu propre. Les ferments lactiques ont besoin d'oxygène pour activer la fermentation.
  5. 5. Laissez fermenter le récipient à température ambiante pendant quatre jours et conservez ensuite le récipient fermé hermétiquement au réfrigérateur. Plus la durée de conservation des légumes sera longue, plus les légumes seront aigres.
Fraîcheur aigre
Fraîcheur aigre

Pour garantir une qualité constante, nous allons prendre pour base une purée de fruits pasteurisée.
Ces recettes sont fermentées, comme pour la préparation de kombucha. Il s'agit de l'ancêtre du soda, dans lequel des levures et bactéries fermentent les sucres présents en acide carbonique. Le kombucha est une boisson fermentée réalisée à base de thé vert sucré et d'un SCOBY (acronyme anglais pour "culture symbiotique de bactéries et de levures"). Il s'agit d'une sorte de mélange de levures et bactéries, dont ds bactéries acétiques et principalement l'Acetobacter. Cette dernière est responsable de la transformation de liquides en vinaigre. L'aceto balsamico illustre bien cette caractéritique ! Le SCOBY est un organisme vivant que vous pouvez utiliser comme base pour créer différentes variétés de sensations gustatives rafraîchissantes. Ici, nous allons utiliser le SCOBY pour réaliser des vinaigres de fruit. Même en quantité minime, ces vinaigres confèreront à vos plats une saveur fruitée supplémentaire.

Méthode
Méthode
  1. 1. Versez le SCOBY et la purée de fruits dans un récipient et veillez à ce que le mélange puisse respirer. De l'oxygène doit pouvoir y pénétrer.
  2. 2. Après 4 à 5 jours, vous verrez des fils tomber du scoby dans le liquide.
  3. 3. Laissez le processus se poursuivre à température ambiante pendant au moins un mois, voire un an ou plus.
  4. 4. Avant utilisation, passez la substance au chinois et assaisonnez-la de 2 à 3 % de sel.

Koji magique

Le Koji est le miracle qui transforme le saké, la sauce soja et le miso en substances riches en umami uniques. Nous l'avons déjà expliqué : les micro-organismes sont à la frontière entre science et magie !

Le Koji est une variété de riz ou de céréale colonisée par un champignon appelé Aspergillus Oryzae. Celui-ci se développe à une température et à un degré d'humidité spécifiques. Il transforme le riz ou la céréale en dégradant les différentes sortes d'amidon. 

Le secret d'un bon saké, d'une bonne sauce soja ou d'un bon miso réside dans la sélection du bon Koji. Vous en trouverez dans le commerce où vous pouvez acheter les bonnes spores de Koji utilisables dans toutes les applications. La culture de champignons produit différentes enzymes conférant une riche saveur au saké, à la sauce soja et au miso. L'amidon est dégradé par l'amylase, les protéines l'étant par la protéase. Cette enzyme dégrade les protéines en acides aminés et peptides spécifiques comme dans le glutamate, qui apporte ce goût unique également appelé umami. Traditionnellement au Japon, les misos et sauces soja sont fabriqués principalement à base de fèves de soja et de riz, en raison de leur teneur élevée en protéines et amidon. Quels ingrédients de notre région pourrions-nous utiliser ? Nous avons fait des recherches. 
 

Le koji d'orge
Le koji d'orge

Pour les misos à base de noix, il convient tout d'abord de passer les noix dans un extracteur lent pour en extraire l'huile. Cette huile va rapidement rancir si elle reste trop longtemps exposée à l'air libre. Le koji d'orge (Barley koji) est traité avec des cultures fongiques. Plus tard, il est mélangé avec le beurre de noix et le sel. Une partie de miso vivant est alors ajoutée pour initier le processus de fermentation et veiller à ce que les mauvaises bactéries ne puissent se développer. Laissez ce miso fermenter brièvement et conservez-le dans un récipient stérile au réfrigérateur.

Cette technique peut être utilisée pour un miso à base de noix comme les noisettes, les cacahuètes ou les noyers:

Ingrédients
110 g de barley koji (orge)
100 g de miso
550 g de pâte aux noix
55   g  de sel

Envie de découvrir encore plus de techniques?
Envie de découvrir encore plus de techniques?

Parcourez toutes nos techniques détaillées et toutes nos astuces pour les professionnels.

Découvrir nos techniques pour chefs

Pour une expérience sur mesure, veuillez sélectionner votre rôle.

Pour chefs
Pour boulangers et pâtissiers

Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment à partir de l'en-tête.